Poutine et la blessure de l’humiliation

Vous savez sans doute que sur notre belle planète terre, les êtres humains jouent des rôles et expérimentent des tas de possibles au sein d’une dualité qui fait partie que nous le voulions ou pas de la condition d’ incarnation sur terre.  En choisissant de venir sur terre, notre âme choisit entre autre de guérir certaines de ses anciennes blessures.  Elle choisit aussi de faire des expériences qui lui permettront de faire de nouveaux choix.  Ce ne sera jamais par hasard que la famille qui nous accueille lors de notre naissances, nos relations comme les circonstances diverses qui surviennent dans notre vie nous inciteront à apprendre ce que nous avons à apprendre pour notre évolution.

Ceci dit, sur le documentaire retransmis sur la chaîne belge principale il y a une dizaine de jours les reporters, sans s‘en rendre compte sans doute, ont bien mentionné 4 à 5 fois le mot humiliation, et ont clairement expliqué comment,  pour en rajouter une couche, l’occident dans ses discours et ses décisions a eu l’art de rabaisser Poutine de manière humiliante.  Ceci n’excuse bien sûr pas ses actes.  Par contre cela peut aider à comprendre.  Car dans l’humiliation et le dénigrement, l’être humain a deux attitudes : il se retire et déprime, ou bien il se défend.  Dans le premier cas est souvent celui de l’enfant car il a besoin de l’ « amour » de ses parents pour survivre, même si c’est une reconnaissance toxique selon le bon vieux adage « qui aime bien châtie bien ».  Or dans un cas comme dans l’autre, la colère, frustration et besoin de se défendre pour remonter à la surface est bien présent, même si refoulée.  Et donc on découvrira par exemple que l’autre « explose » alors que on n’a presque rien dit, on pourra vivre dans un constante agression passive, ou recevoir des roquettes énergétiques, lancées par le regard, les pensées ou des paroles subtilement cinglantes.  Tout cela provient d’un besoin viscéral de survie, de besoin d’exister à nos yeux et aux yeux des autres et d’exister dans le respect et la considération, qui est une nécessité de base de tout être humain.

Revenons à cette blessure d’humiliation. Vous savez sans doute qu’elle est l’une des 5 grandes blessures d’âme (voir livre de Lise Bourbeau ou plus récemment le livre de Natacha Calestreme).  Et d’après moi Mr Poutine est actuellement le représentant de cette blessure face au monde, ni le premier (Hitler et d’autres partagent ce rôle) et j’allais dire ni le dernier… *grande respiration* qui sait?! : pourquoi pas le dernier ?

Comme nous sommes tous interconnectés, ce qui se manifeste à l’extérieur se manifeste aussi en nous, et vice versa.  Mon invitation est donc d’aller voir en nous quelles sont les parties de nous qui se sont aussi senties humiliées à un moment de notre histoire. Un ou plusieurs événements de cette vie-ci ? dans notre enfance ? d’une ou plusieurs vie passées ?  Pouvons-nous rentrer en contact avec cette émotion ou cette partie de nous gardienne de cette blessure ? Aller à sa rencontre et lui donner une place, lui donner reconnaissance et compréhension ?

Indépendamment des actions concrètes que chaque être humain peut apporter aujourd’hui dans la situation humanitaire que nous vivons, je vous propose de prendre un temps pour faire ce travail.  Je proposerai d’ailleurs un atelier online de 1h30 sur le sujet où je vous guiderai et vous donnerai des outils de guérison.

Russie-Ukraine-Occident :
triangle infernal du programme « bourreau-victime-sauveur »
.

Sans diminuer l’impact tragique pour les personnes impliquées dans le conflit, il est aussi indispensable que nous puissions reconnaître ce grand drame de l’humanité que nous rejouons encore et encore. Le triangle, victime-bourreau-sauveur. En attisant ce rôle de sauveur l’occident renforce à mon sens la dualité « les bons et les méchants ». Voici donc une opportunité de plus pour avoir une autre attitude : celle de la présence, de la bienveillance, sans jugements ni parti-pris: l’observateur.  Certains sentiront le besoin d’agir concrètement, d’autres d’utiliser les outils de guérisons pour aider la situation actuelle. Tout est juste si l’énergie n’est pas celle de ce triangle dramatique. Certaines actions comme se porter volontaire, accueillir des réfugiés, envoyer des resources, etc. sont d’ailleurs parfois une opportunité de guérir certaines de nos blessures du passé voire de réparer un karma (expériences du passée non intégrées). L’important est de voir quelle est notre motivation et notre attitude.

En conclusion, c’est en reconnaissant l’humain que nous sommes TOUS et nos besoins fondamentaux d’existence (comme la considération, reconnaissance, respect, etc.) qui fera peut-être que cette fois l’histoire ne se répètera plus dans l’avenir car nous aurons compris.  Nous aurons compris que ce n’est pas lui, moi ou elle, mais NOUS.  Je l’espère.

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies